publié le 24 février 2022

Cas clinique : algoneurodystrophie

Contexte

 

Patient de 30 ans ayant présenté une fracture complète; très déplacé avec complication neurovasculaire qui a été opéré en urgence le 28 mai.

L’opération a consisté en un embrochage à 3 reprises après une réduction de la fracture. Les broches ont été enlevées le 25 juillet.

Par la suite le patient a commencé sa rééducation ainsi que des soins chiropratiques. La radiographie de contrôle fin août révèlera une algoneurodystrophie sévère et touchant l’ensemble des os des 2 rangées du carpe.

La flexion du poignet est alors réduite de 60%, la supination limitée à 15-20° et la force dans le poignet à 10 kilos contre 50 en controlatéral.

La moindre activité physique de type cardio provoque une sudation a grosse goute de l’ensemble de l’avant bras concerné. La douleur est permanente et très invalidante au quotidien. Devant ce constat le chirurgien demande l’arrêt de la rééducation active et demande un remplacement par la physiothérapie uniquement à visée antalgique.

 

Photo by Towfiqu barbhuiya on Unsplash

 

Traitement

 

A partir de là le patient sera traité quotidiennement par un chiropracteur et la Thérapie K-LASER à raison d’une à trois séances quotidiennes.

Les séances quotidiennes consistaient à l’application d’un programme pour le poignet de 1056 Joules 1à 2 fois par jour ainsi que le programme réduction de la douleur ISP en plus de la prise en charge chiropratique.

 

Suivi

 

Le contrôle radio du 25 novembre montrera une évolution très favorable à la radio au niveau de l’algoneurodystrophie. La force dans le poignet est alors de 20 kilos, la flexion et l’extension passe à 45° et la supination est en nette progression. Le patient reprendra la kinésithérapie « classique » en complément de la thérapie K-LASER et de la chiropraxie.

 

Résultat

 

Le 31 janvier les amplitudes de mouvements sont revenues quasiment à la normale, il subsistera une légère diminution de la supination due à une réduction de fracture non optimale, modifiant les rapports des os de la première rangée du carpe avec le radius et l’ulna.

 

Au final l‘algoneurodystrophie aura mis 5 mois à régresser à partir du diagnostic ce qui indique que la prise en charge complète avec la thérapie K-LASER a permit en plus d’aider de façon très efficace contre la gestion des douleurs quotidiennes du patient, de diminuer la durée d’évolution qui est en moyenne de l’ordre de 18 mois pour une algoneurodystrophie.

Depuis, j’ai eu l’occasion d’aider des patients atteints d’algoneurodystrophie évoluant parfois depuis plusieurs années avec le même constat, une très nette diminution des douleurs de façon quasi instantanée après 2-3 visites et une amélioration clinique et radiologique très favorable en quelques mois.

 

Vincent Renard, Chiropracteur à Sens (89)

 


Vous avez aimé cet article ? Partagez le !

Les derniers articles

Suivez toute notre actualité