publié le 10 février 2022

Rétablir la conduction nerveuse grâce au laser : Des résultats étonnants !

Incidence du laser sur la stimulation et la récupération nerveuse suite à une lésion d’un skieur de haut niveau

 

 

Contexte

Un patient est venu consulter le 10/08/2012 pour des douleurs lombaires.

Ce patient avait été victime, quelques mois auparavant, d’une chute de ski.

Le bilan lésionnel d’urgence mettait en évidence une lésion disco-corporelle de L1 avec un recul du mur postérieur.

Le caractère sévère de la symptomatologie a donc entraîné une opération en urgence.

Le chirurgien a effectué une ostéosynthèse par voie postérieure avec matériel de Legacy, une laminectomie T12-L3 avec mise en place de tiges sur vis pédiculaires, crochets lamaires au niveau de L2 et transverses au niveau de T11.

 

Traitement

Après un séjour en centre de rééducation, nous avons pu commencer les soins au cabinet. Suite à ces troubles moteur, une persistance du déficit du moyen et du grand fessier mais surtout des ischiaux jambiers était encore présent, ne lui permettant qu’une marche avec une canne entraînant ainsi une bascule pelvienne pendant cette dernière, assimilée à une marche en fauchage.

La marche lui provoquait donc des douleurs au niveau des carré des lombes. Ces derniers étant très sollicités lors du passage du pied droit, avant l’appui.

Après, palpation, on pouvait ainsi noter une contracture sur les muscles lombaires.

 

Les séances ont été effectuées avec le programme Lombaire-contracture lombaire, qui avait donc pour but d’accélérer la récupération musculaire et donc de diminuer cette contracture.

Étant donné le caractère de la pathologie après quelque séances, 3 séances par semaine sur 2 semaines, où le muscle n’était quasi plus douloureux et redevenu souple, j’ai décidé avec l’accord du patient de stimuler au maximum la zone de la fracture et de la lésion de la moelle épinière.

La séance suivante, avec le même programme, j’ai fait une séance très localisé entre T11 et L2.Sur les derniers instants de la séance, le patient a ressenti l’envie d’essayer de plier sa jambe, chose qui était impossible à effectuer du fait de son déficit moteur.

Et d’un coup il s’est mis à crier, « ma jambe bouge » et effectivement, il était en train de ramener son pied sur la fesse. Après cette 1ère tentative réussie, il l’a fait plusieurs fois d’affilé pour être sûr que ça fonctionne à nouveau!

 

Lors de la 2ème séance de « stimulation », le patient m’a notifié suite à la séance précédente, qu’au fur et à mesure que la journée passait, il parvenait toujours à plier sa jambe mais avec plus de difficulté. Nous avons effectuée 10 séances au total et à ce jour, il n’a plus ressenti de faiblesses lors de sa flexion de jambe!

 

Pour conclure, il semblerait que le K-LASER ait pu stimuler et remettre en route la conduction nerveuse suite à cette lésion.

 

Photo de Nicolas Boccacio

Auteur : Nicolas Bocaccio, Masseur Kinésithérapeute à BELIGNEUX (01) – Équipé depuis 2013 d’un K-LASER cube 3 puis remplacé par un K-LASER cube 4 en 2015, évolution vers une formule LOCATIVE FULL SERVICE en 2022.

 
 
Photo par Matthieu Pétiard on Unsplash

Vous avez aimé cet article ? Partagez le !

Les derniers articles

Suivez toute notre actualité

 

Fusion entre K-LASER et INDIBACommuniqué de presse

INDIBA S.A et Eltech K-laser S.r.l, deux experts de l’innovation et leaders mondiaux dans leurs domaines respectifs unissent leurs forces pour un avenir commun et de nouvelles opportunités mondiales.