publié le 16 novembre 2022

Protocole érythro-couperose

Introduction

 

Pour le traitement de l’érythro-couperose, on procède en deux phases successives. Tout d’abord le traitement de l’érythrose et remodelage dermique, puis destruction des télangiectasies visibles à l’oeil nu. 

Cette pathologie concerne le plus souvent des patients à peau claire ( phototype 2). Il faut s’assurer que le patient ne s‘est pas exposé au soleil dans les 3 semaines qui précèdent. Ceci est à préciser à la consultation initiale, au cours de laquelle le patient recevra des informations sur son affection cutanée d’une part, sur le déroulement des séances laser d’autre part.

Un devis est obligatoire si l’ensemble des séances dépasse 300 euros HT. Cependant je conseille d’en délivrer un dans tous les cas.

Egalement, je prescris une cosmétique d’accompagnement, avec notamment des crèmes anti-rougeur :

  • Redness Neutraliser de Skinceuticals ou Arubix S ou M ou SPF 50 le matin de Nacriderm 
  • Et des BBcreams hydratantes et correctrices. Il y a par exemple Glow Time full coverage mineral bb cream SPF 25 de Jane Iredale ou Arubix 50+

 

La séance de laser se fait sur une peau bien propre, et sans aucune trace de maquillage ni écran solaire. L’application préalable d’anesthésique de contact n’est pas souhaitable car elle engendre des shunts capillaires. 

Il est également essentiel de bien protéger les yeux du patients d’autant plus que les vaisseaux traités sont proches des yeux. C’est pourquoi il faut toujours diriger le faisceau laser vers l’extérieur du globe oculaire. 

 

Paramétrage : 

Erythro-couperose du visage ETAPE 1 : Traitement de l’érythrose 

 

Erythro-couperose du visage tableau réglages 1

 

Cette phase vise à traiter l’environnement vasculaire (remodelage dermique) et à détruire au passage la microvascularisation défaillante du fait du terrain de rosacée et (ou) de l’héliodermie. En effet, il s’agit de chauffer la zone dermique concernée suite à l’énergie restituée par l’absorption des photons bleus par l’ hémoglobine et des photons IR par l’eau du tissu conjonctif et des vaisseaux. L’effet thermique produit entraine la destruction des microvaisseaux pathologiques et de leur environnement, ainsi qu’une reconstruction tissulaire ultérieure, consécutive à la libération de facteurs plaquettaires suite au traumatisme.

 

 Technique de traitement : 

  • Avec le spot de 2 mm (embout bleu), on défocalise (se tenir à une distance d’au moins 2 cm) et balaye la zone d’érythrose, de façon à obtenir un érythème variable avec le degré d’atteinte vasculaire, jusqu’à totaliser environ 1000 Joules sur les deux pommettes et le nez : le balayage (« painting ») doit être régulier en petits cercles rapprochés ou en quadrillage. 
  • Technique alternative : pour le remodelage tissulaire surtout si la surface est plus importante et touche le front, le menton, la totalité des joues. On peut utiliser l’embout cloche avec les réglages personnalisés suivants :

– 1 phase en continu à 6,10W (3W en bleu, 3W en infrarouge , 0,1W en rouge qui totalisent 1098 Joules pendant 3 mn pour un hémi-visage, à reproduire pour l’autre côté). 

Ces réglages peuvent être enregistrés dans la partie thérapie pour être réutilisés.

 

Erythro-couperose du visage ETAPE 2 : Destruction des télangiectasies 

 

 

Technique de traitement : 

  • Avec le spot de 0 ,5 mm (embout vert), on suit rapidement le tracé des capillaires ectasiés, de façon à générer une photocoagulation (photothermolyse sélective). Le « end point » à chaque impact est l’éclipse du capillaire sous l’effet du laser. Cependant à la fin du traitement, il est normal que les vaisseaux traités apparaissent de nouveau colorés. Plus le vaisseau est foncé, plus on peut baisser la puissance du tir laser ; plus le flux dans les vaisseaux est important, plus il faut diminuer l’intervalle entre le T-on et le T-off (augmenter la fréquence de tir). On peut également dans ce cas étirer la peau entre pouce et index de façon à bloquer le flux.

  • Si on prend l’embout rouge de 1 mm (grosses télangiectasies), on pourra augmenter à 10 W.
  • On pourra augmenter à 12W avec l’embout bleu pour de plus grosses télangiectasies, bien que cela soit plus adapté aux varicosités des membres inférieurs (plus le diamètre de tir est grand, moins la fluence délivrée est importante).

 

Temps de traitement : 

15 minutes en moyenne 

 

Fréquence des traitements : 

Je conseille 3 à 6 séances selon l’importance des symptômes, espacées de 4 à 6 semaines, pour obtenir un résultat. 

 

Suites post-traitements : 

L’érythème, parfois violacé, est d’autant plus marqué que l’érythrose est importante. De ce fait je conseille un actif hydratant et apaisant. Je recommande également l’acide hyaluronique topique : 

• en gel: Hyalusérum Biologica 

• en masque appliqué par une assistante : Skinceuticals ou Dermastir masque biocellulaire post op. 

 

Résultat : 

Remodelage dermique (peau plus souple, plus douce, plus confortable et pores resserrés), peau moins réactive et résorption des vaisseaux pathologiques seront observables à partir de la 3ème ou 4ème semaine. On pourra enchaîner avec la séance suivante 6 semaines plus tard. Ce résultat ne sera stable qu’à la condition d’une prescription de consignes hygièno-cosmétiques et de protection solaire. Dans certains cas (érythrose constitutionnelle), une, voire deux séances d’entretien par an sont nécessaires. 

Effets secondaires éventuels (prévenir le patient lors de la consultation initiale): 

• des rougeurs peuvent persister jusqu’à une semaine après la séance, 

• une hyperpygmentation post inflammatoire est possible en cas d’exposition solaire moins de 3 semaines avant le traitement laser, ou dans les 3 semaines qui suivent la séance. 

 

Erythro-couperose du visage conclusion : 

Le K-Laser Blue Derma permet une prise en charge efficace de l’érythro-couperose. 

En effet, la lumière bleue est très absorbée par l’hémoglobine et l’oxy- hémoglobine et détruit les vaisseaux pathologiques. De plus, il restaure l’environnement vasculaire altéré (remodelage dermique). Egalement, les photons rouges et infra-rouge, associés dans l’émission du faisceau laser, optimisent la profondeur de traitement d’une part et assurent une cicatrisation rapide et conforme d’autre part. 

Il conviendra bien sûr de respecter les précautions inhérentes à tout traitement laser et de s’assurer de la compréhension du patient et du respect par celui-ci des consignes bien expliquées au préalable, ainsi que d’accompagner le traitement laser de conseils hygièno-cosmétiques et de protection solaire. 

 

 

Isabelle Gallay, Dermatologue K-LASER à Dijon (21)


Vous avez aimé cet article ? Partagez le !

Les derniers articles

Suivez toute notre actualité

Fusion entre K-LASER et INDIBACommuniqué de presse

INDIBA S.A et Eltech K-laser S.r.l, deux experts de l’innovation et leaders mondiaux dans leurs domaines respectifs unissent leurs forces pour un avenir commun et de nouvelles opportunités mondiales.